Conseils figuiers
Accueil 
Présentation 
Ouvrage 'figues' 
Catalogue 
Choix d'une variété 
Conseils de culture 
Tarifs et commandes 
Liens 
Nous contacter 

Conseils figuier                        Conseils grenadier 

 LA CULTURE DU FIGUIER 

 

 

RESISTANCE AU FROID

Au dessous de -16°C/-17°C, l’ensemble de la partie aérienne peut être détruit mais le système racinaire n’est généralement pas atteint et l’arbre donne de nouveaux rejets l’année suivante. Au dessous de -12°C, le bois de l’année risque de geler. Les bifères se transforment alors en unifères. Les figues fleurs peuvent aussi chuter plus tard au printemps à la suite de gelées de printemps tardives jusqu'à début mai, ou à la suite de mauvaises conditions météorologiques (gros écarts de température entre jour et nuit, longue période de vent fort, ...).

 

EXPOSITION

Le figuier adore les expositions très ensoleillées. Dans les zones froides, on recherchera l'abri d'un talus ou d'un mur exposé plein sud. Peu de risques quand les murs sont modernes. Dans des bâtisses anciennes, souvent construites avec des mortiers maigres, les racines du figuier profiteront du moindre espace qui leur sera offert !

 

SOL

Le figuier est peu exigeant et s’accommode de tout type de sol mais sa croissance est optimale dans les sols légers, plutôt sableux, profonds et fertiles. S’il préfère le calcaire, il s’adapte très bien en sols acides.

 

BESOINS EN EAU

Son système racinaire très développé l’aide à supporter des conditions très sèches. Ses besoins annuels sont de l’ordre de 600 à 700 mm, surtout au printemps et au début de l’été. Il se plaît cependant beaucoup en conditions plus humides. Les arrosages doivent être espacés et copieux. Attention aux figuiers plantés sur des gazons ! Les gazons sont arrosés sur moins de 20 cm de profondeur alors que les racines du figuier ont besoin d'eau en profondeur.

 

PERIODE DE PLANTATION

Même si les plantes élevées en conteneur peuvent, théoriquement, être plantées toute l'année, éviter les périodes trop froides (risque de gel) ainsi que les périodes trop chaudes pendant lesquelles les plantes demanderont plus de soins. Planter donc de préférence tôt à l'automne (mi-octobre à fin novembre) ou au printemps (mi-février à mi-avril). Une plantation d'automne a l'avantage de voir la plante s'installer plus rapidement. Préférer, cependant, les plantations de printemps dans les zones les plus froides ou quand les sols sont lourds, argileux, très humides.

 

DISTANCE  DE PLANTATION

Elle varie de 4 à 10 mètres selon la variété (petit ou grand développement), l’humidité du sol et l’effet recherché. En verger, les distances de plantation varient de 5 à 7 mètres entre les rangs pour 4 à 6 mètres sur le rang (250 à 400 plants/ha).

 

TRAVAIL DU SOL

Le système racinaire étant traçant, le travail du sol, s’il est pratiqué, doit être superficiel. Sinon, deux solutions sont possibles : enherbement avec broyage ou fauchage de l’herbe, désherbage chimique total (défanants, glyphosate par exemple dès la première année, antigerminatifs à partir de la deuxième année).

 

NUTRITION

Le figuier est surtout exigeant en potasse et ne requiert pas de fortes doses de fumure azotée, celle-ci provoquant un développement végétatif trop intense et un déséquilibre en végétation et fructification. En sol bien équilibré, on choisira un engrais de type 4-8-12 (100/150g/an/m²) ou 10-20-25 (50/70g/an/m²) soit un équilibre N-Azote/P-Phosphore/K-Potasse de type 1-2-3 ou 1-2-2,5. En sol pauvre, on préférera des fumiers compostés additionnés de potasse pure sous  forme de sulfate de potasse (20/25g/an/m²). La fumure doit être apportée en fin d’hiver à l’aplomb du feuillage et non au pied de l’arbre.

 

TAILLE ET FORME DE L'ARBRE

Naturellement, le figuier pousse en cépée. Les cépées permettent de maintenir des arbres plus bas, facilitant la récolte des fruits, de renouveler les charpentières vieillissantes grâce aux rejets de souche mais peuvent gêner le travail du sol. On peut, toutefois, par une taille appropriée, lui donner une forme en gobelet avec un tronc unique. Il faudra alors éliminer régulièrement les rejets de souche. Le figuier s'adapte aussi très bien au palissage.

En raison de son bois creux et tendre, de sa faible aptitude à cicatriser, la taille devra être effectuée au printemps à la montée de sève. Les plaies de taille ou les blessures doivent être mastiquées (goudron de Norvège ou autre produit cicatrisant). Si les variétés unifères peuvent être taillées sévèrement sur toutes les branches, il faudra être très prudent avec les bifères pour lesquelles on se contente de limiter la hauteur des arbres et d’un petit éclaircissage. Tout rameau supprimé est porteur de figues fleurs !

 

ENNEMIS ET MALADIES

Le figuier, contrairement à la plupart des autres fruitiers, est très robuste et ne demande que peu ou pas de traitements. Ses principaux ennemis sont la Teigne (traitement en cas de forte attaque. Insecticide, ou produit de type Bactospéine), le Chancre (aucun traitement curatif. Traitement préventif : masticage des plaies, Bouillie Bordelaise), parfois le Psylle en fin d’été (traitement : insecticide) et la Mouche, uniquement sur la côte  sud-est où les hivers sont doux (traitement : insecticide 30 à 40 jours avant maturité).

Un mauvais état du feuillage (brunissement, jaunissement et même chute des feuilles) n’est souvent dû qu’à un problème physiologique : manque d’eau, excès d’eau, déséquilibre minéral, brûlures par embruns ou même Mistral !

 

MULTIPLICATION 

Le figuier est multiplié soit par marcottage, soit par bouturage. Les rejets qui se développent sur la souche conservent donc la variété.

Le greffage ne présente aucun intérêt d’autant plus qu’il est difficile à réaliser.

Le semis n’est pas utilisé, une graine ayant autant de chances de donner naissance à un figuier domestique qu’à un caprifiguier !  

 

retour conseil de culture

 Accueil  Présentation  Ouvrage 'figues'  Catalogue  Choix d'une variété  Conseils de culture  Tarifs et commandes  Liens  Nous contacter 

Copyright(c) 2004 Pépinières Baud. Tous droits réservés.